© 2016 by Charles VAIRET pour Le LAABO I www.atlastlabel.com

IMAGINATION [n.f.]

Faculté qu’a l’être humain de se représenter par l’esprit des objets, des faits irréels ou perçus. Faculté d’inventer, de créer, de concevoir.

création 2018

Finaliste de l'appel à projets du Groupe des 20 Théâtres-IDF

Une création co-développée avec ATLAST, label de création vivante

 

Anne Astolfe I conception et mise en scène

Sylvain Ferlay I comédien, musicien

Sébastien Revel I régie plateau 

Julie-Lola Lanteri I éclairagiste

Julien Huraux I création et régie vidéo
Benjamin Lebreton I scénographie
Rodolphe Moreira I régisseur son

Un spectacle inspiré de TOUT SEUL, une bande-dessinée de Christophe Chabouté

Partenaires :  

La Ferme du Buisson, scène nationale de Marne-la-Vallée (77)

Théâtre de Sète, scène nationale de Sète et du Bassin de Thau (34)

Théâtre de Châtillon (92)

FACEM - Val d'Oise (95)

Tout Seul(s)

- Il est né là.
Sa mère a accouché là.
Il a vécu avec ses parents, le père était le gardien. Sa mère est morte la première.
Il y a 15 ans son père est mort.
Le môme lui est resté là.
Enfin le môme, il a grandi depuis.

Ce type n’a jamais mis les pieds dehors

Avant de mourir, son père m’a confié toutes ses économies.

Une vie de boulot, putain, et il m’a fait promettre de le ravitailler régulièrement.

- Pourquoi ?

- Ben, pour qu’il ne meure pas de faim, imbécile.

- Non, pourquoi il n’a jamais mis les pieds dehors ?

- À cause de ses parents.

Ils l’ont toujours gardé caché ici, ils avaient trop honte.

- Et personne ne fait rien, ne pose de questions?

Les administrations savent qu’il est là ?

- Haha... Alors ça, aucun risque.

Son père a bien goupillé tout ça, il n’a rien laissé au hasard.
Et puis dans le coin, tu te rendras vite compte que c’est chacun ses oignons.
Ici on ne s’occupe pas des affaires des autres, et on aime encore moins ceux qui posent trop de questions. Comme les trois singes, on ne dit rien, on voit rien, on entend rien, c’est tout.

-  Et vous l’avez déjà vu ?

-  Qui ?

-  Ben le gars ?

-  Non, jamais.

-  Vous n’avez jamais eu envie d’aller le voir, de lui parler ?

-  Écoute mon gars, son père m’a demandé de le ravitailler, c’est tout.

Il s’appelle Tout Seul, en tout cas, c’est comme ça qu’on l’a surnommé.

NOTE D’INTENTION par Anne Astolfe

Un homme, surnommé Tout Seul, vit seul dans un phare depuis cinquante ans. Il y est né, difforme. Un marin le ravitaille en nourriture toutes les semaines depuis la mort des gardiens du phare, ses parents. Cet homme imagine le monde à travers les définitions d’un dictionnaire.

Je suis frappée par la poésie et le silence de cette œuvre. Métaphore de la solitude extrême et de la force du silence, ode à la puissance et à la nécessité de l’imagination, cette bande-dessinée m’a bouleversée par sa poésie, son humour et son humanité.
J’ai refermé le livre et me suis surprise à rêver à une transposition théâtrale quasi-immédiate. Comment retranscrire par des images scéniques les sensations et les émotions ressenties face au dessin? Si l’histoire m’a touchée, elle a par ailleurs grandement provoqué mon imaginaire.


Nous créerons notre propre histoire en trois dimensions. L’histoire s’appuiera sur la mise en mouvement et la prolongation des images par le corps des trois acteurs. Celui de l’acteur principal dont les mots ne nous parviennent pas, le musicien et le comédien machiniste. Nous travaillerons avec les dessins, l’immensité de la mer favorisera une ouverture poétique et un prolongement du propos, mais notre phare à nous sera le plateau.

Imaginez un homme né sur un plateau de théâtre. Il n’en est jamais sorti. Comme il a grandi sur scène, il ignore tout du monde extérieur. Il partage ses journées entre le rituel du quotidien et l’imagination du monde à travers les définitions d’un dictionnaire. Peut-on rêver de quelque chose sans l’avoir jamais vu ?

Autour de lui, quatre personnages, tous au plateau. Le comédien machiniste sera le parallèle du vieux marin, le musicien sera celui du jeune apprenti. L’éclairagiste et le vidéaste joueront leurs propres rôles de créateurs d’imaginaires. Le personnage principal, que l’on surnomme Tout Seul n’est au départ jamais en contact direct avec eux. Quatre présences énigmatiques, silencieuses la plupart du temps ; silhouettes chorégraphiées dans un va-et-vient suggérant le temps qui passe, rappelant le sac et le ressac de la mer.

Nous reprendrons et développerons le principe de la communication non-verbale de la bande-dessinée.

Ces quatre personnages seront à la fois au service de l’imagination de Tout Seul et créeront les images réelles qu’il a en tête, mais seront aussi acteurs de son évolution et de sa décision de finalement partir explorer le monde.